virtualité, interaction, design, & art

(Capturing intention) – Ircam – Lundi 4 février - 17h00-19h00

Présentation de Bertha Bermudez, coordinatrice du projet et membre de Emio Greco | PC

Le projet est parti d’un workshop de la cie Emio Grego / : Double Skin/Double Mind L’objetif était d’essayer de capturer l’intention d’un mouvement de danse. Programme a prioiri ambitieux. Le résultat se présente sous plusieurs formes : un livre, un DVD, une installation. Le DVD se compose d’un documentaire de 56 mn sur le workshop Double/Double Mind et d’un DVD-Rom interactif. Volonté de croiser des perspectives différentes sur une même pratique : la danse, et donc de tenter de cerner différentes perceptions des intentions de cette pratique.

Intervention de Marion Bastien, notatrice Laban

Quelques remarques sur le principe de la notion : il faut différencier les questions d’interprétation, de composition, de style. Il y a deux approches : le descriptif et le prescriptif. Au niveau de la notation, on a la possibilité de circuler sur plusieurs niveaux du micro au macroscopique, et d’avoir différentes approches de l’objet, ce qui n’est pas le cas dans une captation vidéo linéaire. Il y a donc eu un workshop à Paris, auquel Mario Bastien a assisté pendant 3 jours. Confrontation à du flux continu de mouvement. Perplexité initiale pour noter. Il y a eu ensuite un workshop à destination spéciale des collaborateurs du projet. Puis 3 jours de workshop au Théâtre de la Ville avec des danseurs professionnels. Et du matériau vidéo de la cie EG|PC. La notatrice a choisi d’exploser le flux continu de chorégraphie pour en extraire plusieurs morceaux de base qu’elle a ensuite noter précisément. Parti pris au niveau du DVD-rom de juxtaposer différentes sources d’information sans les synchroniser. Volonté de permettre au lecteur/spectateur de faire son propre travail d’association.

Intervention de Eliane Mirzabekiants, notatrice Benesh

Description du principe d’une notation Benesh. Notations de différentes informations au fil du workshop : mots employés par le conducteur du workshop, indications de temps, indications de l’énergie globale, description des positions du corps. Importance de transcrire l’état d’esprit des mouvements.

Intervention de Chris Ziegler, réalisateur du DVD

Intérêt selon lui à réflechir sur la manière de coordonner des points de vue différents dans le DVD-rom.

Intervention de Frédéric Bevilacqua, réalisation de l’installation

Sa participation dans le DVD-rom : noter des mouvements qui correspondaient à différents sons. Création d’un dispositif permettant de jouer les sons en traçant les symboles à la souris (processus de reconnaissance dynamique de symbole). Possibilité de créer ses propres symboles et de jouer avec. L’installation consiste en un face à face avec une vidéo préenregistrée d’Emio Greco qui danse certains mouvements en les commentant. Une caméra au dessus de l’écran capte le spectateur et l’incruste à côté d’Emio Greco dans la vidéo avec des traitements sur l’image : rectangles dans lesquels le corps s’inscrit, échos pour marquer une inertie, etc. Le spectateur peut donc réaliser les mouvements proposés par Emio Greco et faire une comparaison en direct. L’installation demande une immersion des spectateurs dans le dispositif. Piste possible à développer : faire un workshop dans l’installation.

Questions : Avez-vous utilisé des capteurs pour faire une connexion entre les notations et les datas des capteurs ?

Réponse : non. Cela a été envisagé par les notatrices, mais pas réalisé.

Question d’Armando Meniccachi : en quoi le projet a-t-il réussi à transcrire des intentions ?

Points de vue complémentaires des notations : l’une a travaillé plutôt sur les motifs (Laban) l’autre sur les transitions (Benesh). Bertha : le travail a permis de poser la question des moyens de retranscrire un état mental. Moyen par la parole et l’utilisation de son atmosphérique. Importance de faire correspondre des informations complémentaires pour parler d’un état mental. Chris : du point de vue designer, au niveau de la réalisaiton du DVD, il a été intéressant de confronter le plan du sol, base de la danse, à la frontalité cognitive des écrans pour diffuser les informations, et de les mettre en correspondance dans un espace 3D pour déboucher sur un autre type de perception des mouvements. Frédéric : il y a eu un travail réalisé sur la redite du même motif par deux performers différents (en l’occurrence Bertha Bermudez et Emio Greco). Il s’est avéré que les datas fournies par les capteurs ont permis de décrire suffisamment finement le même mouvement pour déceler des différences qui correspondaient effectivement à des sensations intérieures des performers.